Trousse d’urgence

Une bonne trousse d’urgence est une trousse qui vous correspond et vous est personnelle. Elle doit être adaptée à vos connaissances et à votre activité. Elle évoluera au cours du temps et doit rester un allié qui vous permet de dispenser le meilleur soin possible à vos patients dans des délais restreints.


La plupart d’entre nous débutent leur activité par des remplacements libéraux et les gardes de villes et seront donc confrontés à des situations d’urgence.



La plupart de ces urgences sont des urgences ressenties par exemple la gastro qui vomit : le patient est inconfortable et ressent le besoin d’être soulagé en urgence mais de votre point de vue médical ça peut attendre ½ journée.

Le cas le plus rare et le plus redouté : l’urgence vitale vraie, par exemple le purpura fulminans qui nécessite une prise en charge dans le quart d’heure moins si possible.

Votre trousse d’urgence doit contenir les médicaments et le matériel qui permet de répondre à ces 2 types d’urgences. Une trousse d’urgence n’est pas une trousse de visite. Elle contient les médicaments qui sont réservés à des situations heureusement peu fréquentes.

Il n’existe aucune recommandation claire ni par l’ARS ni par le conseil de l’ordre du contenu d’une trousse d’urgence.


La trousse d’urgence n’est pas obligatoire, cependant chaque médecin qui répond à un appel d’urgence, aussi bien dans les heures ouvrable du cabinet, en visite ou pendant la permanence de soins, a une obligation de moyens.

En résumé vous n’êtes pas obligés d’avoir une trousse d’urgence mais vous êtes attaquable si vous n’avez pas sur vous les moyens de traiter correctement votre patient.


Le contenant :

Soit vous utilisez un sac spécial pour votre trousse d’urgence, ce que je vous conseille, en effet l’accumulation de matériel pèse son poids au bout d’un moment.

Soit vous jugez qu’il vous faut tout votre matériel avec vous tout le temps et avez un grand sac ou vous mettez les éléments qui composent votre trousse de visite et celle dédiée à l’urgence.

Dans tous les cas il faut que puissiez retrouver rapidement ce dont vous avez besoin et donc elle doit être bien rangée avec un accès rapide à chaque spécialité.


Le contenu :

N’ayez dans votre trousse que des choses que vous savez utiliser :il ne sert à rien d’avoir dans son sac un matériel pour perfusion si on ne sait pas en poser, ou de renouveler régulièrement de l’atropine qu’on ne pourra jamais utiliser puisqu’on n’a pas d’ECG.

Adaptez le contenu à votre lieu d’exercice : vous aurez besoin de plus de chose si vous êtes perdu au fin fond de l’Eure ou du pays de Caux que si vous remplacez exclusivement à Rouen centre en face du CHU.

Si vous utilisez la trousse du médecin que vous remplacez qui vous l’a gracieusement prêté, Ouvrez-la et regardez ce qu’elle contient et où c’est rangé. Si vous passez 3 heures à chercher le Lasilix pour votre papy en OAP, ça perd de son intérêt.

Ayez une liste récapitulative du contenu de votre trousse d’urgence et des dates de péremption et revérifiez votre trousse 1 à 2 fois par an. (Garder la liste sur votre ordinateur par exemple et un double dans le sac)

Remplacez le plus rapidement possible tout médicament utilisé.

Le contenu que je vous décris ci-dessous est celui de ma propre trousse d’urgence. A chacun de l’adapter à ses pratiques et à ses connaissances. Une trousse d’urgence n’est pas figée dans le temps, elle évolue : on retirera les choses qui ne serviront jamais et on en ajoutera d’autres en fonction de ses expériences personnelles et de ses propres angoisses.




Il semble indispensable :


ROCEPHINE 1g


Le matériel pour effectuer une IM (aiguilles et seringues de différentes tailles)


ANAPEN 0.30

Le reste est une liste non exhaustive des choses qui semblent utiles et d’usage courant : (privilégier les formes Lyoc pour le Per Os, et garder les ampoules d’injectable dans les boites, ça prend plus de place mais ça fait moins de casse)


Ventoline spray + petite chambre d’inhalation


Lasilix IV


Une HBPM de votre choix


Trinitrine spray


Antalgiques palier 1 à 3 sous différentes formes Per os, Injectable


Antispasmodique PO et Injectable


Antiémétique PO et Injectable


AINS PO et injectable


Célestène en goutte, corticoïdes Per os et injectable


Une benzodiazépine de courte durée d’action


Valium + canule intrarectale


Aspirine Per os


Triptan per os


Matériel pour désinfecter et effectuer un pansement simple


Coalgan


Un petit nécessaire de suture.